CNF, « La Fourasine »

 

 

Contacts :   lafourasine-cnf@orange.fr

Yves Malvaud      05 46 84 23 01

06 89 83 50 80

Adresse postale :   CNF,  section VieuxGréements,

BP n°20003       17450 – FOURAS

 

sites : CNF :   www.cercle-nautique-de-fouras.com ;  PNCM   www.pncm.fr

2013, Saison 5

2013 s’achève et La Fourasine a bouclé une 5ème saison qui n’a rien à envier à ses précédentes, répondant, hors programme Patrimoine Navigant en Charente Maritime, à quelques sollicitations. Tout d’abord, Alain Burnet, maire de l’Ile d’Aix et soutien de longue date nous proposa de convoyer LA cigogne, d’Aix à Tonnay-Charente, passage de témoin entre les Maires des deux communes pour l’organisation de ″Cigogne en Fête″. Les photos en témoignent : le noble volatile, choyé par Rose, n’a pas souffert de la traversée ! Et puis, en juin, immersion historique : la commémoration de l’embarquement des Filles du ROY vers la lointaine province du Québec en présence de nombreuses personnalités dont notre célèbre ″cousine″ chanteuse, Fabienne Thibeault. Après déambulation, en affûtiaux d’époque, dans la bonne ville de La Rochelle, La Fourasine participa au transbordement des filles d’un côté à l’autre du vieux Port où elles rejoignaient Coppélia qui le lendemain les transportait au bout du monde. Jusqu’à son phare, pour être précis…

l-i_10-1Initiative nouvelle, à l’occasion des Fêtes du Nautisme, quelques vieux gréements retrouvèrent, à l’Ile d’Aix, La Fourasine et les plaisanciers de Rochefort, à l’heure du pineau et des huîtres, avant d’entamer une gentillette remontée de la Charente. Certes, on est loin encore de la fabuleuse armada qui chaque année investit la Seudre jusqu’à l’Eguille mais, un jour, peut-être, sait-on jamais ? A cela, il faut ajouter, début mai, la Route de l’Huître au Château d’Oléron, la Fête de la Sardine, début juin, à Ars en Ré. Pour cause de météo par trop dissuasive, nous avons, à regret, déclaré forfait pour le Rallye de le Moule à Charron. En revanche, c’est sous un ciel radieux que, début juillet, s’est déroulée la Fête du Port du Plomb, fort bien organisée au demeurant. Un conseil à ceux qui ne connaissent pas ce petit port : dès que l’occasion se présente, faîtes donc le détour, vous ne serez déçus ni par le site ni par l’accueil  !

l-i_10-3Ensuite, les activités basculèrent vers le Sud avec les Voiles Traditionnelles de Marennes agrémentées d’un somptueux prélude en forme de pique-nique sur le Fort Louvois puis avec les Voiles de la Citadelle du Château d’Oléron où La Fourasine retrouve toujours avec émotion son chantier natal.

Début août, Shubby, le petit corsaire que nos habiles charpentiers avaient doté d’un cockpit tout neuf, entra en lice. Rôdé par quelques sorties et participations fort honorables aux régates fourasines, il mit à profit son retour dans le coureau d’Oléron, son ancien territoire, pour remporter, dans sa catégorie, la régate de Saint-Trojan. Après une escale gourmande, le lendemain, à Bourcefranc, chez les Lasses Marennaises, gonflé à bloc, Shubby, ralliait La Tremblade en tête du classement des bateaux « autres que Coureauleurs du chantier Bernard ».

Enfin, c’est ensemble que nos deux bateaux participèrent à 5 jours consécutifs de navigation : un mémorable Fleuves Iles & Pertuis, d’Aix à Mornac, avec escale intermédiaire à Oléron, la flottille d’une trentaine de bateaux montant victorieusement à l’assaut de la Citadelle et rasant ses remparts avant d’entrer, pacifiquement, dans le port du Château.

l-i_10-5Les matelots infatigables, profitèrent de la journée de relâche, du samedi, au fond du chenal de Mornac, pour participer à une sympathique rando pédestre à la découverte du marais. Le dimanche matin, une pluie battante nous convainquit, et d’autres aussi, d’attendre, au sec, la marée de l’après-midi pour quitter le port. Le moral point atteint, les Olonnois et les Fourasins terminèrent le casse-croûte copieux et arrosé, par des chansons (de marins, bien sûr) et sous le soleil, pour le bonheur des touristes ! Le flot tardant un peu, trop en tout cas, pour rejoindre La Tremblade à temps pour le départ, c’est donc au passage que les bateaux prendront le train ou plutôt la flottille, qui déboulait, vent arrière, toutes voiles dehors. Notre petit Shubby, barre de flèche tribord défaillante, dut hélas faire demi-tour, avarie sans conséquence cependant, qui ne gêna en rien son retour sur Fouras, le lendemain, en compagnie de sa grande sœur.

l-i_10-8l-i_10-6C’est ainsi que, faute de Voiles de Nuit, se termina la saison des sorties programmées et avec un total de 16 rassemblements ou événements, les équipiers 2013 ont établi un nouveau record de participations. Ils ont aussi redécouvert, à bord du corsaire, les joies et sensations des navigateurs des années 70. Un fameux plan que celui conçu par JJ. Herbulot en 1954 ! Cela ne peut que nous encourager à poursuivre la restauration de Shubby : au programme, pont et rouf. La Fourasine, dont la grand-voile a été dotée d’une 3ème bande de ris, ne nécessitera aucune attention particulière à part son entretien annuel. La Caragogne a été livrée en juin et devrait retrouver son mouillage au Port Sud l’été prochain, dès que son propriétaire l’aura repeinte. Quant à Petit Prince, les travaux sur la coque ont été achevés avant l’été et il a trempé, gonflé et n’a pas coulé ! L’hiver est mis à profit pour lui préparer sa voilure et renforcer une ou deux membrures.

Recettes et dépenses de la section Vieux Gréements, achats des fournitures de l’hiver réalisés, sont en équilibre. La générosité de quelques soutiens fidèles, la conviction des bénévoles, une aide de la municipalité, pour le corsaire, et la vente de nouveaux produits dérivés que nous vous invitons à découvrir, y ont contribué.

Début 2013, nouveau coup dur, après la disparition, de Gilles Tirateau : Yves Janeau, compagnon des premiers jours de La Fourasine et membre du CNF depuis les années 50, nous a quittés, laissant un grand vide parmi nous.

Enfin, pour terminer sur une note optimiste, nous vous annonçons que nous accueillerons deux rassemblements en 2014 : le 26 avril, lors des Fêtes Marines et la Route de l’Huître, le 12 juillet ; deux occasions d’entendre quelques beaux chants de marins qu’un petit groupe du CNF répète avec enthousiasme depuis quelques mois déjà !

Membres du CNF, amis navigateurs, amateurs de voile traditionnelle, tous ceux qui nous soutiennent, ceux qui nous rejoindrons, nous vous adressonsnosmeilleursvœuxet vous souhaitonsbonventpour l’année2014 !

Les compagnons-matelots de la Fourasine.

2012, Saison 4

La Fourasine vient de clore sa quatrième saison de navigation, une belle saison, avec un nombre record de participations aux rassemblements de voile traditionnelle : 15 cette année, contre 7 l’an passé et une dizaine les années précédentes ! Pourtant les conditions météo n’étaient pas toujours au rendez-vous. J’évoquerai par exemple les 70 ans du Frepat, en mai, chez nos amis du Port du Plomb, fort surpris mais ravis de nous accueillir et pour cause puisque, bravant pluie et vent, nous étions les seuls à nous joindre à eux. Le retour aurait, lui, été presqu’agréable si le nordet favorable n’avait pas été aussi frais, au point que certains matelots, que par discrétion je ne citerai pas, mirent deux bonnes journées à réchauffer leur vieille carcasse ! « Fi d’garce olé pu d’not’ âge ! » qu’y disaient les gars… mais n’en croyez rien ! ils ont récidivé, lors de retours particulièrement mouvementés, tels que ceux de la Fête de la Sardine à Ars, du Rallye de la Moule à Charron, de la remontée de la Seudre ou de Voiles de Nuit à La Rochelle au cours desquels l’équipage avait fort à faire pour garder le cap, tirer sur les écoutes et écoper à tour de bras. Cependant, naviguer sur La Fourasine n’est pas que galère vous dirait Jean-Claude, tout nouvel équipier, lui qui, pour son baptême, a effectué le déplacement de Boyardville sous un soleil éclatant, par mer calme et vent portant à l’aller comme au retour ! L’effectif des équipages s’est aussi enrichi et rajeuni avec la venue d’un skipper confirmé, en la personne d’Eric Petitjean et de son épouse-matelote Sylvie ; un premier pas vers la parité homme-femme est franchi ! Ils naviguent aussi sur Patte de velours, Yole de Ness construite par Eric l’hiver dernier et sortie de leur domicile par le couloir ! Philippe Lumet embarque volontiers, lui aussi, lorsque ses pousse-pied lui en laissent le temps.

Le point fort de l’année aura été, sans conteste, notre collaboration aux festivités de la mise à l’eau de la coque de l’Hermione. En effet, non seulement notre lasse participait à la grandiose parade sur la Charente, ainsi que 3 bateaux à moteur du club, pour l’encadrement mais, le CNF était partenaire de l’événement, organisant le regroupement de la flottille de Patrimoine Navigant en Charente Maritime, au port Sud, la veille de l’événement : quarante bateaux tirant des bords sous un ciel tourmenté et par mer formée, salués par des salves tirées du fort Vauban pavoisé et deux cents marins accueillis, avec l’aide de la municipalité, et la participation amicale des musiciens de l’association « José Cando », pour une fête quelque peu écourtée par la pluie.

La Fourasine a, au cours de cette saison, accroché deux nouveaux ports à son tableau de chasse : le Port du Plomb (communes de Nieul-sur-Mer et l’Houmeau), et celui de Marennes, abrité dans son écrin de verdure, à l’extrémité d’un interminable chenal d’accès. Pour être complet, ajoutons qu’au carnet de bord de l’année, figurent aussi les escales de La Tremblade, Mornac, le Château, et Saint-Trojan.

Les festivités avaient démarré tôt, avec les Fêtes Marines, le week-end de Pâques, trop tôt pour rassembler des bateaux traditionnels qui ont besoin de beaucoup de soins, d’attention, d’entretien, au sortir de l’hivernage, pour se présenter au mieux de leur forme. La Fourasine participa néanmoins, juchée sur sa remorque, n’hésitant pas, une fois n’est pas coutume, à montrer ses dessous, je veux dire ses oeuvres vives, pour le bonheur des visiteurs et de l’Empereur, en personne, fort intéressé par le galbe de ses lignes et l’élégance de sa garde-robe.

Dans le domaine des actions de solidarité, notre bateau a apporté son concours au challenge « oui au don d’organes, oui à la vie » organisé par l’association ADOT 17, en accompagnant de bout en bout, Rodolphe Delhomelle qui ralliait, à la nage, le Fort Boyard à la plage des Minimes le jour de Voiles de Nuit. Puis, en octobre, à la demande d’une famille, nous avons transporté et dispersé en mer, les cendres d’un défunt, selon ses dernières volontés.

Vous avez, sans nul doute, remarqué, au mouillage, un bateau d’un jaune éclatant, un Corsaire. Don au CNF d’une amie oléronaise, contrainte de s’en séparer, mais soucieuse de son avenir, Shubby a participé aux régates du club cette année. Après un programme de travaux répartis sur 2 ou 3 hivers, ce bateau mythique des années 60-70, retrouvera une nouvelle jeunesse. Les compagnons sont déjà à l’oeuvre, tout en continuant les restaurations de la caragogne et  du Petit Prince ; avec l’entretien annuel de La Fourasine, voilà de quoi les occuper jusqu’au printemps prochain !

La crise qui sévit a, jusqu’à présent, épargné notre trésorerie et la section Vieux Gréements a réussi à boucler l’exercice sur ses propres ressources grâce à votre soutien, au dévouement de nos bénévoles ainsi qu’à un nouveau produit dérivé, toujours disponible, dont nous devons la réalisation à notre photographe préférée, Marie-Françoise Boufflet, présidente du club photo de Fouras : un magnifique livre-photos, retraçant l’histoire de La Fourasine, de sa rénovation à ses navigations.

Malheureusement, l’année s’achève pour nous dans la tristesse, avec la perte de l’un des nôtres, Gilles Tirateau, admirable de courage jusqu’au bout de sa souffrance.

Néanmoins, la vie continue et, c’est bien cordialement, qu’à l’aube de la nouvelle année,

membres du CNF, amis navigateurs et amateurs de voile traditionnelle, tous ceux qui nous soutiennent,

nous vous adressonsnos meilleurs vœuxet vous souhaitonsbon ventpour l’année2013 !

Les compagnons-matelots de la Fourasine.

 

 

 

 

2011, Saison 3

Troisième saison, pour La Fourasine : Une trentaine de sorties et 7 rassemblements, au cours desquels se sont relayés 10 équipiers. C’est un peu moins que l’an dernier mais cette année encore, la météo n’a pas été toujours clémente, nous contraignant à renoncer à des déplacements ou à naviguer dans des conditions plus musclées.

Un beau début, avec les Fêtes Marines du week-end de Pâques et la toute première édition de la Route de l’Huître : le samedi, une dizaine de petites embarcations, lasses et voiles-avirons, rejoignaient La Fourasine dans l’anse de Tridoux à Aix, pour un solide casse-croûte sorti des paniers et glacières. Après la pause-réconfort, il était temps ramasser quelques huîtres sur le rocher, avant d’appareiller, pour un passage groupé devant le port d’Aix et de mettre le cap sur Fouras et son port sud en fête : ateliers et animations sur le quai, garde impériale au bivouac sur la plage, verre de l’amitié et dîner offert aux navigateurs par l’association Histoire et Patrimoine, organisatrice des festivités. Le lendemain, pour renouer avec une tradition suspendue depuis le tragique événement survenu à La Cotinière, notre Maire embarquait à bord de La Fourasine pour déposer au large une gerbe, en hommage aux marins disparus en mer.

Suivit, en mai, une sortie fort sympathique, à la rencontre du prestigieux Belem faisant escale à Aix pour débarquer, non pas l’Empereur, mais notre ami Jérôme Tropini propriétaire de l’Unic, voile-aviron mouillé au port sud. Quelques jours plus tard, les Fêtes du Nautisme, qui, enfin, tombaient sur des marées favorables, nous permettaient d’offrir 14 baptêmes sur les deux jours.

Le mois de juin, quant à lui, fut particulièrement décevant. Tout d’abord, un grand rendez-vous manqué pour le 400ème anniversaire du phare de Cordouan, qui nous privait aussi du baptême du tout nouveau Jules, à Ars en Ré. Et pour finir, une météo déplorable nous empêchait, comme la plupart des inscrits, de rallier Charron pour le Rallye de la Moule.

Fort heureusement, juillet fut plus heureux, démarrant fort avec les Escales de l’Arsenal animées par une quarantaine de bateaux de Patrimoine Navigant en Charente Maritime, partenaire de l’événement : Après une belle et fraîche soirée sur le port d’Aix, remontée de la Charente jusqu’à Rochefort qui ouvrait aux participants les portes de la Corderie Royale et du chantier de l’Hermione. Enfin, avant dispersion, une dernière étape, contre vent et marée, vers Saint-Denis d’Oléron où certains se trouvèrent ravis de pouvoir enfiler des vêtements secs !

Autre événement majeur de la saison : le soir du 14 juillet, la Fourasine, bombardée de lasers, frêle esquif ballotté par les éclairs et grondements d’un violent orage d’artifice, jouait la starlette sur la grande plage, devant le nombreux public venu admirer le splendide spectacle pyronautique de Site en Scène. Ce même jour, Notre Dame de la Clarté, bateau magnifiquement restauré par les bénévoles du Chantier Léglise, était baptisée au Château d’Oléron, mais La Fourasine se devait d’être à Fouras !

Pour terminer ce mois faste, Fête des Vieux Gréements, à La Tremblade, organisée par les amis des Coureauleurs Trembladais : trois belles journées à parcourir l’estuaire de la Seudre, terminées par ″la Bernard″ et un hommage au créateur, disparu dans l’année, du chantier renommé. Un beau souvenir pour le mousse du bord, 12 ans, qui se prépare à assurer la relève !

En août, après une participation un peu esseulée, à la Route du sel des Vikings, à Soubise, aux côtés d’un authentique drakkar, nous avons été fidèles au rendez-vous des Voiles de Mornac et de la Remontée de la Seudre.

La participation à ces rassemblements a eu le mérite de nous confirmer que notre lasse, bien maîtrisée, pouvait affronter des conditions de mer un peu difficiles, même avec un équipage réduit à deux matelots : sous foc et tape-cul seuls, elle taille la route allègrement, sans crainte des rafales, pour le confort et la sécurité de ses passagers.

Avec le mois de septembre, nous attendions l’apothéose annuelle des Voiles de Nuit, à La Rochelle. Lors du parcours aller quelque peu sportif et arrosé, sous vent fraîchissant rapidement, et mer formée, deux équipiers n’étaient pas de trop pour écoper et le barreur n’était pas à la fête. L’après-midi, le vent s’engouffre dans le chenal du Vieux Port, les grands yachts défilent à sec de toile ! En fin d’après-midi, les rafales dépassent 30 nœuds, parade et spectacle pyrotechnique sont annulés: un peu de soulagement, beaucoup de déception… La nature a toujours le dernier mot !

Pas de turbulences côté trésorerie, la section Vieux Gréements a bouclé l’exercice sur ses propres fonds : ventes de produits dérivés, animations et apports de quelques fidèles donateurs, que nous remercions chaleureusement, ont été suffisants. La Fourasine n’est pas budgétivore… Puisse-t-il en être ainsi le plus longtemps possible !

Pendant l’hivernage, outre les travaux d’entretien, les compagnons ont terminé l’annexe Mahatoki, une petite merveille en acajou verni. Ils ont aussi offert, aux Vaseux de l’association Histoire & Patrimoine, leurs compétences, pour construire cinq pousse-pied. Petit Prince, devrait être restauré pour la saison prochaine, pendant qu’une équipe s’attellera à remettre en état un dériveur Caravelle. Quatre mini pousse-pied, pour enfants, sont également prévus.

L’année 2012 verra la mise à l’eau de la coque de l’Hermione, en présence de majestueuses unités. La flottille de PNCM sera aussi de la fête et fera escale au port sud, le 4 ou le 5 juillet, date à noter dans vos agendas tout neufs !

En attendant nousvousprésentonsnosmeilleursvœuxetvoussouhaitonsbonvent!

Les compagnons-matelots de la Fourasine.


SAISON 2010

Deuxième saison intense pour La Fourasine : 11 rassemblements et 38 sorties au carnet de bord, malgré le faux-départ des Fêtes Marines, à Pâques, pour cause de météo défavorable : la garde impériale, au bivouac, dans les douves du sémaphore s’en souvient encore !
Le rayon d’action s’est élargi à la conquête de nouveaux ports : La Pallice et Ars en Ré à l’occasion de la Fête de la Sardine, Charron et Marans pour le Rallye de la Moule, Saint-Denis d’Oléron et Rochefort pour le rassemblement Fleuves Iles & Pertuis, Saint-Trojan pour ses Régates annuelles, Le Chapus chez nos amis des Lasses marennaises et enfin Boyardville pour le 90ème anniversaire du sloop baliseur Clapotis .

Nous sommes aussi restés fidèles aux sites découverts l’an passé : Mornac, La Tremblade, le Château d’Oléron, La Rochelle et, bien sûr, Aix, notre petite sœur de la côte.
Que dire de toutes ces escales ? Une mention particulière est à décerner à l’exceptionnel moment d’émotion que nous a fait partager l’ancien mousse (lui aussi, presque centenaire, aujourd’hui) de Clapotis. Il est indéniable aussi que la chaleur de l’accueil, le plaisir de rencontrer les amis, des anciens, des nouveaux, d’évoquer ensemble de belles navigations, d’en imaginer de nouvelles, ne peuvent que nous inciter, d’une part, à renouveler, sans modération, nos “ campagnes” et, d’autre part, à cultiver l’immense joie de recevoir, à notre tour et de contribuer à faire de nouveaux adeptes, pour que se perpétue la tradition. Les solides poignées de mains, les fraternelles tapes dans le dos, les franches embrassades ne sont pas feintes et tous les compagnons le confirmeront : La Fourasine et ses fourasins sont attendus et fêtés, du nord au sud du département et tous ceux que nous avons accueillis chez nous ne demandent qu’à revenir.

L’événement majeur de la saison a été, pour nous, bien sûr, Fleuves Iles & Pertuis, quatre jours de rassemblement d’une quarantaine de vieux gréements, avec ultime étape chez nous, au port sud, le 13 juillet, une belle fête pour les participants et pour tous ceux qui ont vécu ou suivi cette manifestation : même la traditionnelle retraite aux flambeaux a fait un petit détour, pour saluer les équipages qui dînaient sur le port.
Clés de la réussite : le soutien de notre commune, de quelques commerçants et artisans, les bateaux, le savoir-faire, l’engagement de PNCM et … la détermination, la disponibilité, l’énergie des bénévoles du CNF.
Et notre bateau, comment se comporte-t-il ? A l’instar de ses heureux équipiers (15 au total cette année) qui s’évertuent à l’apprivoiser, il se comporte de mieux en mieux et les travaux exécutés pendant l’hivernage ont porté leurs fruits : la nouvelle dérive, beaucoup plus lourde, a donné au bateau une plus grande stabilité et son système de relevage, un winch (un beau, en laiton), est efficace. Le safran modifié (à améliorer encore) et une meilleure utilisation du tape-cul apportent un gain de manœuvrabilité appréciable. De nouvelles améliorations sont inscrites au programme de l’hiver : puits de dérive, barre d’écoute, feux de route, brise-lame… La marge de perfectibilité est encore large ! Se familiariser avec le hunier, ouvrir les sorties à de nouveaux équipiers, accueillir davantage de passagers (vous peut-être ?), sont des objectifs inscrits au programme 2011.
Côté trésorerie, la rentrée des dernières subventions, les dons et ventes de produits dérivés permettent de boucler l’exercice avec un solde positif de plus de 800 €. Cela ne suffira pas à couvrir les dépenses de fonctionnement de 2011, sachant, qu’à l’entretien et menus aménagements de La Fourasine, il faut ajouter les travaux sur l’annexe à terminer et la remise en état d’une petite yole qui nous a été offerte, le Petit Prince, qui fréquentait les eaux fourasines dans les années 50-60 ! Une participation du club et la générosité de nos donateurs seront les bienvenus ! A ce propos, une très belle carte postale (voir photo), réalisée d’après une magnifique aquarelle originale, est disponible, depuis peu : demandez-la, faites-vous plaisir, envoyez-la sans modération à vos amis (2 € l’unité, 10 € les six).
La Fourasine sait aussi être solidaire et porteuse d’espoir : fin octobre, elle a transporté et dispersé, devant la grande plage, les cendres d’une petite fourasine, bien trop tôt disparue, puis, début décembre,  elle a participé aux actions menées à Fouras, ville ambassadrice de la région, en faveur du Téléthon.
A l’abri dans son hangar, elle se prépare maintenant à la saison 2011. Déjà bien ébauchée, elle s’annonce copieuse avec, au menu, une douzaine de manifestations, dont une nouvelle édition de FIP, sans escale au port sud. Mais le programme  pourrait démarrer à Fouras, à l’occasion des Fêtes Marines, à Pâques, par la toute première édition d’une Route de l’Huître, réservé aux petites embarcations, lasses et canots voiles-avirons. Affaire à suivre …
les compagnons-matelots de la Fourasine.